Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
paroisse Saint Bruno des Chartreux - diocèse de Troyes

16 janvier 2022 - 2ème dimanche du temps ordinaire - Année C & dimanche 23 janvier prochain

14 Janvier 2022, 19:47pm

Publié par nicolas derrey

feuille d'assemblée du 16 janvier 2022 à télécharger

Annonces en vue du dimanche 23 janvier :

Installation de Mgr Alexandre JOLY à la Cathédrale

installation de Mgr Alexandre JOLY à Troyes - 23 Janvier 2022

 

La Semaine de l’Unité des Chrétiens :

Janvier 2022 : semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

semainedepriere.unitedeschretiens.fr.

La traditionnelle semaine de prière pour l’unité a été préparée, pour 2022, par des chrétiens du Moyen-Orient qui ont choisi, pour différentes raisons, le thème de l’étoile qui s’est levée en Orient : « Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage » (Mt2, 2). Les Mages nous révèlent l’unité entre toutes les nations voulue par Dieu. Rappelons que le mot grec oikouménè, d’où vient le français œcuménisme, désigne l’ensemble de la terre habitée. Des extraits du chapitre 2 de l’évangile de Matthieu sont proposés à la méditation et à la prière pour les 8 jours de la semaine (du 18 au 25 janvier). Pour toute information complémentaire, se rendre sur le site :

Dans l’Aube, deux temps forts sont programmés à Troyes et Romilly :

  1. le mercredi 19 janvier à 18 h 30 à Troyes célébration au temple de l’Eglise Protestante Unie, 1, quai des Comtes de Champagne. Prédication de Mgr Alexandre JOLY
  2. le vendredi 21 janvier à Romilly-sur-Seine : messe à 18 h à l’église Saint-Martin ; repas partagé à 19 h salle paroissiale, 7, avenue Maréchal de Lattre de Tassigny ; veillée de prière œcuménique à 20 h dans la chapelle du presbytère (même adresse que la salle paroissiale). Les personnes sont libres de participer à tel ou tel moment, ou à l’ensemble ! 

Catéchèse :  Paroisses Troyes-sud : Jeudi 20 Janvier à 20h aux Trévois réunion de préparation de la retraite de profession de foi.

COMMENTAIRE DE LA 1ere LECTURE DU 2ème Dimanche ordinaire  16 01 22

Lecture du livre du prophète Isaïe 62, 1-5

Pour la cause de Sion, je ne me tairai pas, et pour Jérusalem, je n’aurai de cesse que sa justice ne paraisse dans la clarté, et son salut comme une torche qui brûle. Et les nations verront ta justice ; tous les rois verront ta gloire. On te nommera d’un nom nouveau que la bouche du Seigneur dictera. Tu seras une couronne brillante dans la main du Seigneur, un diadème royal entre les doigts de ton Dieu. On ne te dira plus : « Délaissée ! » À ton pays, nul ne dira : « Désolation ! » Toi, tu seras appelée « Ma Préférence », cette terre se nommera « L’Épousée ». Car le Seigneur t’a préférée, et cette terre deviendra « L’Épousée ». Comme un jeune homme épouse une vierge, ton Bâtisseur t’épousera. Comme la jeune mariée fait la joie de son mari, tu seras la joie de ton Dieu.

Voilà un texte qui n'est pas sans me rappeler un autre Livre de la Bible : le Cantique des Cantiques par sa poésie et son caractère sentimental, presque sensuel. Ne trouvez-vous pas qu' Isaïe attribue à Dieu des mots humains qui ne manquent pas d'audace, surtout qu'à son époque on est loin de parler de l'amour humain ! Le Tartuffe de Molière aurait mis son mouchoir sur cette prose qu'il n'aurait voulut voir...

Isaïe décrit d'un manière admirable la manière dont Dieu nous aime, et comme le disait un diacre du diocèse de Rennes, pour nous parler de cet amour, il utilise la comparaison la plus forte que les hommes puissent comprendre : l’amour du jeune marié pour sa femme, l’amour du fiancé pour sa fiancée : « L’amour dont nous rêvons tous un jour ou l’autre, l’amour qui invente des mots nouveaux pour dire la tendresse d’une relation personnelle et privilégiée entre deux personnes. » Je crois que dans ces deux phrases tout est dit et qu'il n'y a rien à rajouter. 


Oui Dieu nous donne cet Amour , mais nous n'en avons pas toujours conscience.
C'est à partir du Prophète Osée que le Peuple élu a commencé à être comparé à une épouse. Les notions de mariage, d'époux, d'alliance et d' amour sont liés et remontent à la nuit des temps. Par l'intermédiaire de Moïse, Dieu a fait une alliance inconditionnelle avec son Peuple, en lui donnant une Loi - sur des tablettes de pierre nous dit la Bible - qui a été enfermée dans l'Arche d' Alliance-. Mais savez-vous la signification de l'alliance que se donnent les époux lors de leur mariage ? C'est un peu un contrat visible qui prend la forme d'un anneau dont la forme n'a pas été choisie par hasard, c'est un cercle qui n'a ni début ni fin en signe d'éternité.


Pour nous chrétiens, la nouvelle Jérusalem, c'est l'Église du Christ, l'épouse de l'Agneau. Saint Jean y fait allusion notamment dans le Livre de l'Apocalypse. Notre Église est à la fois sainte parce que fondée par le Christ et mal sainte parce qu'elle est composée de personnes comme vous et moi, avec l'apport de nos charismes, certes, mais aussi celui de nos faiblesses, des scandales douloureux récents sont là pour nous le rappeler.
Alliance, mariage... n' hésitons à relire l'Évangile de ce jour qui nous montre un des premiers signes de la vie d'adulte du Christ. Il « sauve » de la honte, sur la demande de Marie sa mère, un marié qui n'a pas été assez prévoyant dans l'approvisionnent des boissons. Cet épisode des Noces de Cana est dans toutes les mémoires. 

Bonne année à vous tous, et à la semaine prochaine en prenant toujours soin de vous... et des autres.

Michel Marty diacre du Diocèse de Troyes - Paroisse St Bruno

Voir les commentaires

à TROYES et ROMILLY : Semaine de prière pour l'unité des chrétiens 18 au 25 Janvier 2022

13 Janvier 2022, 19:39pm

Publié par nicolas derrey

à TROYES et ROMILLY : Semaine de prière pour l'unité des chrétiens 18 au 25 Janvier 2022

Thème de la semaine 2022

« Nous avons vu son astre à l’Orient                                                                                      et nous sommes venus lui rendre hommage » (Mt2, 2).

Chers amis,

Dans une semaine exactement une célébration oecuménique se déroulera à Troyes au temple de l'Eglise Protestante Unie. Merci d'annoncer ce temps fort dans vos bulletins paroissiaux, s'il y a lieu, dans vos liturgies de dimanche prochain, ou par tout autre moyen. Vous trouverez ci-dessous quelques précisions, et en pièce jointe l'affiche de cette année. Vous pourrez ajouter que Mgr Alexandre Joly y participera et assurera la prédication ! Précautions sanitaires habituelles bien sûr (masques...).

Je vous remercie,

Christian Collet,    délégué diocésain à l'oecuménisme du Diocèse de Troyes

Janvier 2022 : semaine de prière pour l’unité des chrétiens

La traditionnelle semaine de prière pour l’unité a été préparée, pour 2022, par des chrétiens du Moyen-Orient qui ont choisi, pour différentes raisons, le thème de l’étoile qui s’est levée en Orient : « Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage » (Mt2, 2). Les Mages nous révèlent l’unité entre toutes les nations voulue par Dieu. Rappelons que le mot grec oikouménè, d’où vient le français œcuménisme, désigne l’ensemble de la terre habitée. Des extraits du chapitre 2 de l’évangile de Matthieu sont proposés à la méditation et à la prière pour les 8 jours de la semaine (du 18 au 25 janvier). Pour toute information complémentaire, se rendre sur le site : semainedepriere.unitedeschretiens.fr.

Dans l’Aube, deux temps forts sont programmés :

-    1- le mercredi 19 janvier à 18 h 30 à Troyes célébration au temple de l’Eglise Protestante Unie, 1, quai des Comtes de Champagne. Prédication de Mgr Alexandre JOLY

    2- le vendredi 21 janvier à Romilly-sur-Seine : messe à 18 h à l’église Saint-Martin ; repas partagé à 19 h salle paroissiale, 7, avenue Maréchal de Lattre de Tassigny ; veillée de prière œcuménique à 20 h dans la chapelle du presbytère (même adresse que la salle paroissiale). Les personnes sont libres de participer à tel ou tel moment, ou à l’ensemble !

Les équipes liturgiques, dans tout le diocèse, pourront avoir à cœur de prier et faire prier pour l’unité de tous les chrétiens lors des messes du dimanche 23 janvier. Et pas seulement ce jour-là !

 


 

Voir les commentaires

Dimanche 9 Janvier 2022 - le Baptême du Seigneur - vers la messe d’installation de Monseigneur Alexandre Joly le 23 Janvier 2022

8 Janvier 2022, 13:38pm

Publié par nicolas derrey

télécharger la feuille de messe de ce dimanche 9 Janvier 22 - le Baptême du Seigneur

Dimanche 9 Janvier 2022 - le Baptême du Seigneur - vers la messe d’installation de Monseigneur Alexandre Joly le 23 Janvier 2022

infos pdf (texte ci-dessous) à télécharger - ...pour s'inscrire

Messe d'installation de Mgr Alexandre Joly


Destinataires : ALP, diacres, prêtres, paroisses, communautés religieuses. 

voici une lettre concernant les dispositifs pour participer à la messe d’installation de Monseigneur Alexandre Joly. L’équipe de préparation souhaite que les personnes intéressées prennent connaissance de ce message dès cette fin de semaine.
Le dimanche 23 janvier, notre diocèse sera en fête pour l’installation de Mgr Alexandre Joly 109ème évêque de Troyes.

La cérémonie aura lieu à 15h00 à la cathédrale. Les contraintes de sécurité et la situation sanitaire nous obligent à limiter en nombre les personnes présentes.

A la cathédrale seront accueillies les délégations des diocèses de Rennes et de Rouen, la famille et les proches de Mgr Joly et des délégations de notre diocèse (jeunes, personnes en fragilité, …).
Pour permettre à un plus grand nombre de personnes de vivre cette cérémonie un dispositif va être mis en place :
  • Retransmission en vidéo dans la basilique Saint-Urbain
  • Retransmission sur internet grâce aux moyens techniques d’un prestataire local et de KTO.
700 places (300 places à la cathédrale et 400 places à Saint-Urbain) seront disponibles pour les personnes ne faisant pas partie d’une délégation. Pour permettre l’accueil de ces personnes nous mettons en place un système d’inscription sur internet.

Les demandes devront s’effectuer à l’aide de l’adresse:
 
Les demandes pourront être déposées du lundi 10 janvier au dimanche 16 janvier inclus.
Pour les demandes d’assistance (en ligne), il est nécessaire d’utiliser l’adresse courriel inscription23-01@cathotroyes.fr.
Dans la semaine précédant la cérémonie les personnes ayant déposé une demande seront contactées par courriel.

Merci de prévenir les personnes que vous pouvez rencontrer de la mise en place de ce nouveau dispositif.

Pensez aux personnes n’ayant pas internet, n’hésitez à les aider à s’inscrire. La diffusion sur internet de la cérémonie peut être l’occasion d’un partage avec les personnes non équipées ou peu habituées à utiliser ces nouvelles technologies.

Nous pouvons aussi faire de cet événement une occasion d’organiser localement une rencontre en petits groupes tout en respectant les consignes sanitaires en vigueur. L’adresse de connexion sera diffusée sur le site diocésain et les réseaux sociaux.
 
Nous sommes désolés de devoir mettre en place ce système contraignant.
 
Merci de votre compréhension. Belle et bonne semaine à toutes et tous.
 
Pour l’équipe de préparation
François Bleuze

Une des rencontres synodales locales à Saint BRUNO

Relais paroissial 109 av. Edouard Herriot à Troyes

Action Catholique des Femmes

14 Janvier 19h - à 21h 30

 

Rencontre   "LE CLIMAT POUR LES NULS"

 

Voir les commentaires

1er janvier 2022 Solennité de la très Sainte Mère de Dieu - Journée mondiale de la paix

31 Décembre 2021, 19:33pm

Publié par nicolas derrey

 

Messe à 10h 30 en la chapelle de l'église St Bruno

au 43 av. Edouard Herriot à TROYES

cette messe est proposée aux paroisses de Troyes sud

Voir les commentaires

TROYES - PAROISSE SAINT BRUNO - MESSE DE NOËL le 24 et le 25 Décembre

24 Décembre 2021, 18:54pm

Publié par nicolas derrey

la crèche réalisée par es jeunes 12-15 ans

la crèche réalisée par es jeunes 12-15 ans

MESSE DE NOËL CE 24 DECEMBRE à 19h 15 à SAINT BRUNO

43 avenue Edouard Herriot à TROYES

________________________________

MESSE DE JOUR DE NOËL A 10h 30

43 avenue Edouard Herriot à TROYES

Voir les commentaires

Monseigneur Alexandre Joly, nouvel Evêque du Diocèse de TROYES

11 Décembre 2021, 19:18pm

Publié par nicolas derrey

                          Notre nouvel Evêque 

C’est officiel depuis ce midi de ce Samedi 11 décembre 2021, le pape François a nommé Mgr Alexandre Joly évêque de Troyes, suite à la démission de Mgr Marc Stenger, qui s'était retiré le 28 décembre 2020, un mois après avoir été victime d'un AVC.

Mgr Alexandre Joly était, jusqu’à présent, évêque auxiliaire de Rennes. Né en 1971 et ordonné le 28 juin 1997 pour l’archidiocèse de Rouen. Formation et études à Paray-le-Monial, Rome, Oxford.

Mgr Alexandre Joly fut vicaire à la paroisse Notre-Dame de Rouen-Centre (2000-2003) et aumônier des étudiants (2000-2015) ; curé de la paroisse Saint-Jacques de Mont-Saint-Aignan (2003-2013) ; directeur du Service diocésain de la Catéchèse (2006-2008). En 2008, il fut nommé Secrétaire général du Synode de l’archidiocèse de Rouen, fonction qu’il occupa pendant 2 ans. De 2011 à 2018, il fut directeur du Service diocésain Liturgie et Sacrements. Pendant 4 ans (2013 à 2017), Mgr Joly fut vicaire épiscopal en charge des laïcs en mission ecclésiale et curé de la paroisse Saint-Paul de Quevilly – Couronne. Il fut également vicaire général de l’archidiocèse de Rouen de 2017 à 2018.

Il était évêque auxiliaire de Rennes depuis le 14 décembre 2018. Au niveau national, il est le coordinateur du processus synodal lancé par le Pape François en octobre dernier, et dont la phase diocésaine doit se poursuivre jusqu'au 15 août 2022.

L’installation de Mgr Alexandre Joly aura lieu dimanche 23 janvier 2022 à 15h en la cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul de Troyes.  Source : Vatican News

Voir les commentaires

Dimanche 12 Décembre 2021 - 3ème Dimanche de l'Avent ; année C - Dimanche GAUDETE, de la Joie

10 Décembre 2021, 18:05pm

Publié par nicolas derrey

Quartier des Chartreux - la Maison de quartier - illuminations

Quartier des Chartreux - la Maison de quartier - illuminations

COURT COMMENTAIRE SUR LA 1ere LECTURE
 DU 3ème DIMANCHE DE L'AVENT ANNEE C  - 12 DECEMBRE 2021


Du livre du prophète Sophonie 3, 14-18a

Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, de tout ton cœur bondis de joie,
fille de Jérusalem !     Le Seigneur a levé les sentences qui pesaient sur toi, il a écarté tes ennemis. Le roi  d’Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n’as plus à craindre le malheur. Ce jour-là, on dira à Jérusalem : « Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir !     Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il exultera pour toi et se réjouira, comme aux jours de fête. »

Michel Marty diacre du Diocèse de Troyes - paroisse Saint Bruno

  Celui qui encourage ceux qui restent fidèle au Seigneur 

  Ce dimanche, nous avons encore droit, comme la semaine dernière, à une première lecture pleine de joie et d'espérance, que du positif. Par les temps qui courent, cela fait beaucoup du bien. Mais qui est donc ce « petit prophète » du VIIème siècle avant Jésus Christ ? Si l'on en croit le début de son Livre, il est le fils de Koushi, fils de Guedalya, fils d’Amarya, fils d’Ézékias, au temps de Josias, fils d’Amone, roi de Juda. Ce personnage, dont l'existence ne semble pas être mise en question et dont le prénom signifie « Dieu a protégé », a vécu dans une période très troublée de l'histoire du Peuple hébreux. Sa bonne connaissance du monde politique permet de dater relativement bien ses  écrits. Il est celui qui encourage ceux qui restent fidèle au Seigneur  dans un monde où ministres, juges, faux prophètes et prêtres s'éloignent de la Loi prescrite par Dieu.

« Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi »
   Dans ce texte, qu'elle est la phrase qui vous parle le plus ? Personnellement je dirai « Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi », car ces paroles encourageantes laissent à chacun la possibilité de se prendre en main. Dieu ne fait pas tout à notre place, il nous laisse une partie d'initiative. Mais c'est normal, quand on aime quelqu'un  on ne décide à sa place. Oui DIEU EST AMOUR, et parce qu'il est en nous, nous devons nous aussi être amour. C'est pourquoi l'Évangile de ce jour fait écho en moi, en effet : q
ue répond Jésus à la question posée « que devons nous faire ?» NOUS DEVONS ETRE AMOUR, comme Dieu, quelle que soit notre profession (et notre âge). Tous, nous ne sommes, certes, que des petites lumières à côté de la grande Lumière qu'est Dieu, mais nous aussi pouvons participer à éclairer nos contemporains pour leur faire découvrir ce Dieu d'amour qui nous aime malgré nos faiblesses, nos imperfections.

 Chargeons notre hotte de sa joie à l'approche de Noël

 IL AURA EN TOI SA JOIE ET SON ALLEGRESSE, alors, prenons à bras le corps nos soucis, nos peines, nos blessures, déposons les aux pieds du Seigneur et chargeons notre hotte de sa joie à l'approche de Noël, laissons nous tirer par les rennes de l'Espérance. Vous aurez compris que je fais ici, avec un brin de malice, un clin d'œil à un personnage, sans connotation religieuse, qui a bercé notre petite enfance ; Retrouvons notre âme d'enfant, laissons-nous aimer par DIEU comme un père et mère de famille devraient le faire. C'est peut-être plus difficile pour ceux qui n'ont pas eu la chance d'avoir des parents aimants, j'en ai hélas rencontrés notamment à l'Aumônerie de la Maison d'Arrêt de Troyes, si c'est le cas pour vous, laissez vous aimer par Dieu comme vous auriez voulu l'être par vos parents.
Prenons soin de nous, prenez soin de vous.

Michel Marty

 

ANNONCES DIVERSES - REUNIONS & RENCONTRES - CELEBRATIONS

 

Baptême de Ylauna BIDEL ce dimanche 12 Décembre 2021.

 

Intentions de messe de ce dimanche 12 Décembre, 3ème de l'Avent

Jacques BLEUZE et les défunts des familles BLEUZE-MONSALLIER ; Josette MARTIN ; Laurent et Marie PHAM.

Joël PANON dont nous avons célébré les obsèques ce lundi 6 Décembre.

 

Quêtes de ce Dimanche

Pour Pax Christi et la paroisse

Quête pour le chauffage à la sortie de la messe

 

Ce Dimanche marché de Noël de la Paroisse

 

Rencontre des catéchumènes de Saint Bruno 

Samedi 11 Décembre 10h à 12h au Relais 109 av. E. Herriot :  pour préparer l'entrée en catéchuménat retenue pour le Dimanche 19 décembre. - Prière du début de séance ! Nelly et Michel ; L'Eglise: qu'est-ce que c'est ?  Père Nicolas ; L'Entrée en catéchuménat ?  ; le déroulement de la liturgie de l'entrée en catéchuménat ;  prière pour les catéchumènes ; réponses aux questions des catéchumènes... chacun de nous interviendra librement selon l'inspiration de l'Esprit...

Ordre du jour consultable par toutes et tous à télécharger...

Réunion pastorale - synode ; consultations diverses

Mercredi 15 Décembre 19h à 21h au Relais 109 av. E. Herriot : Réunion des membres de l'Equipe Pastorale Paroissiale "élargie" (dans l'attente d'une consultation pour de nouveaux appels). L'ordre du jour peut être consulté - en pièce jointe ci-dessous - 

Jour du PARDON

Mercredi 15 décembre, à l'église St Nicolas, Bvd Victor Hugo à Troyes (église chauffée et parking à proximité), journée du pardon, de 7h à 21h (laudes à 7h / office du milieu du jour à12h05 / chapelet de la miséricorde à 15h / messe à 18h15 / enseignement à 20h :  "Je suis le Seigneur, il n'en est pas d'autre!"). Plusieurs prêtres de l'agglomération tout au long du jour pour la confession.

 

St Luc peignant la Vierge - Arcabas ; Vasari -St Luc peignant la Vierge - Arcabas ; Vasari -

St Luc peignant la Vierge - Arcabas ; Vasari -

Voir les commentaires

DIMANCHE 5 DÉCEMBRE 2021 - 2ème Dimanche de l’Avent – Année C

4 Décembre 2021, 19:58pm

Publié par nicolas derrey

DIMANCHE 5 DÉCEMBRE 2021 - 2ème Dimanche de l’Avent – Année C

Il nous faut maintenant nous mettre en route…

     Ce titre est le thème de la démarche qui nous est proposée dans l’Église pendant trois ans, pour réfléchir à la manière de faire participer ses différents membres à l’ensemble de sa vie et de sa mission.
Depuis le 17 octobre, un temps de travail dans les diocèses, puis au niveau de la France. Puis viendra un temps au niveau continental, avant la rencontre des évêques à Rome en 2023. Les questions que nous avons à travailler sont simples.

  • Quelles expériences avons-nous déjà de ce « marcher ensemble » (c’est le sens du mot « synode ») en Église ?
  • Quels pas de plus sommes-nous invités à faire ? (D’autres questions seront aussi disponibles pour ceux qui veulent aller plus loin).

Il nous faut maintenant nous mettre en route. Chacun de nous peut provoquer une rencontre avec quelques personnes de son entourage, de sa paroisse, de son service, de son mouvement…
Vous trouverez sur le site du diocèse à l’adresse 
https://www.cathotroyes.fr/synode2023/ une fiche permettant d’animer une première rencontre d’une durée de 1h30 à 2h.
N’attendons donc pas que d’autres prennent l’initiative. Nous avons des outils. Si chacun de ceux qui reçoivent cette lettre organise une rencontre, le défi sera relevé. Nous savons combien cette démarche, voulue par le pape François, est importante pour notre Église aujourd’hui.
Beau temps de l’Avent à chacune et à chacun.

P Jérôme Berthier
Administrateur diocésain

___________________________________________________________________________________________

 

Pour une Eglise synodale…à Saint Bruno 

     Plusieurs personnes et groupes sur notre paroisse St Bruno ont commencé  à mettre en œuvre cette démarche au niveau de leur équipe, engagement ou mouvement. Les femmes de l’ACF (Action Catholique des Femmes) en particulier. Ce fut leur réunion de novembre et elles vont continuer. Les équipes de Troyes ont entendu les appels de leur mouvement. D’autant plus qu’hier, Vendredi 3 décembre, une délégation de l’équipe nationale de ce mouvement est venue au Relais faire le point avec Sœur Sylvie et les responsables sur la vie du mouvement dans le Diocèse. C’est un puissant encouragement pour continuer dans la confiance et l’espérance et poursuivre ces rencontres sur la qualité et l’importance de notre marche commune (synodale) pour la joie de l’Evangile…D’autres équipes l’ont déjà programmé.                                                                                              

         Nicolas Derrey

_________________

  Un dépliant vous a été donné pour suivre la messe célébrée désormais selon la nouvelle édition du missel romain. Nous avons à votre disposition un dépliant conçu pour les enfants. Vous trouvez au fil du déroulement de la messe les paroles dialoguées, prêtre-assemblée, nouvelles et « de toujours » et en bleu les indications de gestes nouveaux.

INTENTIONS DE MESSES : Josette MARTIN ; Richard MASSON ; André AUTRET et les défunts  de sa famille ; François-Xavier PHAM.  Ce lundi 6 décembre célébration des obsèques de Mr Joël PANON.

ANNONCES

ce dimanche 12 Décembre : une seule quête pour la Paroisse et Pax Christi.

Choucroute & Marché de Noël à St BRUNO

La prochaine choucroute se fera à nouveau en drive à cause des conditions sanitaires qui vont évoluer certainement d’ici Janvier ou Février 2022.

Comme il nous reste de nombreux lots, nous vous proposons une vente de tickets numérotés à 2 € qui remplaceront les enveloppes surprises les dimanches 5 et 12 Décembre à l’entrée et à la sortie des messes à Saint Bruno et le samedi 4 Décembre au Relais.      

Les lots seront distribués de suite et il faudra garder les tickets pour un tirage de gros lots.

 

Le dimanche 12 Décembre à St Bruno nous ferons un marché de Noël (vente d’objets di- vers, de cadeaux, de gâteaux, de miel, etc. et le tirage des gros lots. Ces ventes feront un apport financier à notre budget fragile... MERCI DE VOTRE ACCUEIL !

Merci aux jeunes de l’équipe 12-15 ans autour de Sœur Marceline d’animer cette messe et de s’être proposés pour réaliser le moment venu la crèche.

                       COURT COMMENTAIRE SUR LA 1ere LECTURE
            DU 2ème DIMANCHE DE L'AVENT ANNEE C  - 05 DECEMBRE 2021

Lecture du livre du prophète Baruc 5, 1-9 :
Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours, enveloppe-toi dans le manteau de la justice de Dieu, mets sur ta tête le diadème de la gloire de l’Éternel. Dieu va déployer ta splendeur partout sous le ciel, car Dieu, pour toujours, te donnera ces noms : « Paix-de-la-justice » et « Gloire-de-la-piété-envers-Dieu ». Debout, Jérusalem ! tiens-toi sur la hauteur, et regarde vers l’orient : vois tes enfants rassemblés du couchant au levant par la parole du Dieu Saint ; ils se réjouissent parce que Dieu se souvient. Tu les avais vus partir à pied, emmenés par les ennemis, et Dieu te les ramène, portés en triomphe, comme sur un trône royal. Car Dieu a décidé que les hautes montagnes et les collines éternelles seraient abaissées, et que les vallées seraient comblées : ainsi la terre sera aplanie, afin qu’Israël chemine en sécurité dans la gloire de Dieu. Sur l’ordre de Dieu, les forêts et les arbres odoriférants donneront à Israël leur ombrage ; car Dieu conduira Israël dans la joie, à la lumière de sa gloire, avec sa miséricorde et sa justice.

Dès que j'ai lu ce passage biblique, un chant entraînant de L'Emmanuel : « Debout, Resplendis ».m'est revenu immédiatement à l'esprit, je l'avais même appris en ténor lorsque je faisais partie de la chorale. Mais qui est ce « Baruc » (Béni en français) ? Un auteur qui se « glisse » des siècles plus tard dans la « peau » d'un ami et disciple (ou secrétaire) du prophète  Jérémie nommé Baruc, tout en s'inspirant d'un autre prophète : Isaïe. Ce Livre biblique semble avoir été composé à l'attention des Juifs dispersés dans le monde méditerranéen. Pour moi aujourd'hui, comment me le réapproprier ? L'on reproche quelques fois aux chrétiens d'être tristes comme des bonnets de nuit (bon, j'aurai pu trouver une expression autre, mais c'est une manière de nous rappeler que Troyes a été la capitale du bonnet de coton. En effet les personnes âgées le mettaient sur leur tête avant de se coucher pour se protéger du froid).

Quitter sa robe de tristesse , revêtir la parure de Dieu, ne serait-ce pas rayonner de joie, de paix à un point que cela transparaîtrait sur nos visages et nos vie ? Ceux qui se sont éloigné des églises et de l'Église ne méritent-ils pas d'être accueillis dans nos communautés où la fraternité .devrait remplacer les querelles de sacristies, les égocentrismes, les luttes de pouvoir qui, parfois, masquent les belles réalités des paroisses, des associations caritatives et des mouvements d'action catholique ?

Cette année, ici, à saint Bruno, les catéchumènes sont nombreux. Seront-nous assez nombreux pour les accompagner, pour leur donner envie de faire partie de notre Mère l'Église ? Quelques bonnes volontés se sont proposées. Il nous faut araser nos petites buttes, combler nos petits fossés, autrement dit tous ces petits obstacles, qui peuvent nous freiner dans un élan pastoral qui n'est plus une exclusivité réservée « aux curés et aux bonnes sœurs » comme l'on disait autrefois. Si cela nous dépasse, saurons-nous au moins les accueillir, ne pas les laisser seul dans un banc, prendre quelques minutes pour faire connaissance ? LE CATECHUMENAT EST UNE CHANCE POUR L'EGLISE, SE SONT LES CATÉCHUMES QUI NOUS EVANGÉLISENT NON LE CONTRAIRE. Alors, pour plagier les paroles de Jean extraites de l'Évangile de ce dimanche : « Préparez le chemin qui mène les catéchumènes au Seigneur, rendez droits les sentiers, comblez les ravins, abaisser toute montagne et toute colline qui font obstacle ; alors les passages tortueux deviendront droits,les chemins rocailleux seront aplanis ; et tout être vivant verra le salut de Dieu. « 

Prenez soin de vous et des autres.

Michel MARTY diacre du Diocèse de Troyes - Paroisse Saint Bruno

Voir les commentaires

Dimanche 21 Novembre 2021 - le Christ Roi de l'Univers

20 Novembre 2021, 18:40pm

Publié par nicolas derrey

vitrail sud de l'église St Joseph à Troyes - rue Brocard -

vitrail sud de l'église St Joseph à Troyes - rue Brocard -

télécharger la feuille de messe de ce dimanche du Christ Roi

NOTRE ROYAUTÉ N EST PAS UNE ROYAUTÉ DE POUVOIR ET DE TRIOMPHE, MAIS DE SERVICE DANS L'HUMILITÉ. J'ai déjà eu l'occasion, par le passé, de rappeler que, par notre baptême, nous sommes tous des prêtres, des prophètes et des rois. Un des premiers devoirs d'un roi n'était-il pas (au moins en théorie) de défendre ses sujets et plus particulièrement les plus fragiles ? C'est aujourd'hui la Journée Nationale du Secours Catholique, organisme qui (avec d'autres) s'attaque à la pauvreté. Soyons généreux lors de sa collecte, dans la mesure de nos moyens... et de notre cœur.

Michel Marty

Le Christ

Roi sur le bois de la croix

nouvelle chapelle des Soeurs du Bon Secours

 

ANNONCES

Aujourd’hui distribution d’enveloppes et ventes de bougies. Nous participons ainsi à l’engagement du Secours Catholique. Présent au Relais de la paroisse St Bruno pour l’aide et le suivi des personnes qui en ont besoin et le souhaitent ; temps de convivialité ; échange biblique…demandez le tract avec enveloppe : #REVOLUTIONFRATERNELLE ; « …vous pensez que la fraternité ne va rien régler ? Nous, on propose juste un truc : et si on essayait ? ».

Ménage de l’église : Mardi 23 Novembre à 9h.

Chapelet pour les âmes du Purgatoire : à 18h 30 à la chapelle au 43 av. E. Herriot.

Choucroute & Marché de Noël à St BRUNO

La prochaine choucroute se fera encore en drive à cause des conditions sanitaires qui évo- lueront encore d’ici Janvier ou Février 2022. Comme il nous reste de nombreux lots, nous vous proposons une vente de tickets numérotés à 2 € qui remplaceront les enveloppes surprises les dimanches 28 Novembre, 5 et 12 Décembre à l’entrée et à la sortie des messes à Saint Bruno et le samedi 4 Décembre au Relais. Les lots seront distribués de suite et il faudra garder les tickets pour un tirage de gros lots.

Le dimanche 12 Décembre à St Bruno nous ferons un marché de Noël (vente d’objets di- vers, de cadeaux, de gâteaux, de miel, etc. et le tirage des gros lots. Ces ventes feront un apport financier à notre budget fragile.. MERCI DE VOTRE ACCUEIL !

 

 

Au RELAIS PAROISSIAL , 109 av. Edouard Herriot à TROYES

Le mercredi de 19h à 21 h sauf le troisième mercredi du mois

COURT COMMENTAIRE SUR LA PREMIERE LECTURE DU 34ème Dimanche ordinaire  CHRIST-ROI 21 11 21

Lecture du livre du prophète Daniel (Dn 7, 13-14)

Moi, Daniel, je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite.

Michel Marty - diacre du Diocèse de Troyes ; Paroisse Saint Bruno

Nous voici, comme la semaine dernière, avec le grand prophète Daniel. Il nous parle ici de deux personnages, mais qui sont-ils ? Un Fils d'homme et un Vieillard ; Sans doute comme moi, vous avez assimilé le Fils d'homme au Christ Jésus et le Vieillard à Dieu le Père. Vous et moi sommes « tombés dans le panneau (dans un piège) ». Et bien si nous avions été noté nous n'aurions eu … que dix sur vingt au maximum. Le doute n'est pas permis, le Vieillard, c'est bien l'image de Dieu le Père. Dans la représentation symbolique le vieillard, c'est non seulement une personne âgée, mais une personne pleine de sagesse que l'on vient consulter. Dieu le Père est plus qu'un symbole, il est le Maître par excellence, Celui qui a tout créé. Le cantique d'Isaïe 40, 13-14 ne nous dit-il pas :

« Qui a jaugé l'esprit du Seigneur, quel conseiller peut l'instruire ? A-t-il pris conseil de quelqu 'un pour dis-cerner, pour apprendre les chemins du jugement, pour acquérir le savoir et s'instruire des voies de la sagesse ? »
Dieu n'a eu besoin de personne, et il ne nous a donné Jésus que pour mieux se faire connaître, nous dire son Amour, et nous sauver.


Venons-en à notre autre personnage, « un Fils d'homme », c'est à dire un homme tout simplement. .Comme cette expression a été utilisée par le Christ pour se désigner lui-même, et que c'est aujourd'hui la fête du Christ-Roi, votre esprit et le mien ont « fusionné les deux ». Comme je me documente (ou j'approfondis un peu la Bible afin ne pas vous raconter des bêtises), je vous avouerai humblement ma surprise de découvrir que ce « Fils d'homme » dont il est question n'est ni le Christ qui aurait été vu en songe, ni un seul homme, mais un Peuple : le Peuple de ceux qui sont restés fidèles au Dieu d'Israël lors de la déportation à Babylone. Pour en être convaincus, il nous faut lire la suite des versets, de15 à 27, ce que je vous incite à faire, même si le texte (à caractère apocalyptique) peut nous paraître écrit dans un langage qui n'est plus le nôtre. NOUS AUSSI NOUS SOMMES LE PEUPLE DE DIEU (souvenons nous des 144000 : 12x 12 x 1000 = à l'ensemble des tribus d'Israël -donc le Peuple élu- multiplié par les disciples du Christ -donc les Membres de l'Église- multiplié par 1000 qui est le chiffre symbolique de la multitude).

NOTRE ROYAUTÉ N EST PAS UNE ROYAUTÉ DE POUVOIR ET DE TRIOMPHE, MAIS DE SERVICE DANS L'HUMILITÉ. J'ai déjà eu l'occasion, par le passé, de rappeler que, par notre baptême, nous sommes tous des prêtres, des prophètes et des rois. Un des premiers devoirs d'un roi n'était-il pas (au moins en théorie) de défendre ses sujets et plus particulièrement les plus fragiles ? C'est aujourd'hui la Journée Nationale du Secours Catholique, organisme qui (avec d'autres) s'attaque à la pauvreté. Soyons généreux lors de sa collecte, dans la mesure de nos moyens... et de notre cœur.

Portez-vous bien !

Michel Marty

 

Voir les commentaires

PAROISSE SAINT BRUNO - Dimanche 14 Novembre 2021 - 33ème dimanche du temps ordinaire - année B

13 Novembre 2021, 17:31pm

Publié par nicolas derrey

Pages en cours de mise à jour

Pour télécharger la feuille d'assemblée - chants de la messe - annonces - célébration interreligieuse

« Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous » (Mc 14,7)

 
COMMENTAIRE SUR LA PREMIERE LECTURE DU 33 ème Dimanche ordinaire  14 11 21

LA PREMIERE FOIS, DANS LA BIBLE,

QUE LE MOT RESURRECTION EST UTILISE.

Lecture du livre du prophète Daniel 12, 1-3

En ce temps-là se lèvera Michel, le chef des anges, celui qui se tient auprès des fils de ton peuple. Car ce sera un temps de détresse comme il n’y en a jamais eu depuis que les nations existent, jusqu’à ce temps-ci. Mais en ce temps-ci, ton peuple sera délivré, tous ceux qui se trouveront inscrits dans le Livre. Beaucoup de gens qui dormaient dans la poussière de la terre s’éveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et la déchéance éternelles. Ceux qui ont l’intelligence resplendiront comme la splendeur du firmament, et ceux qui sont des maîtres de justice pour la multitude brilleront comme les étoiles pour toujours et à jamais.
 

Michel Marty, diacre du Diocèse de Troyes - Paroisse Saint Bruno

Posons-nous d'abord la question : mais qui est le prophète Daniel ? C'est un des quatre grands prophètes de l'Ancien Testament au temps de la persécution des rois séleucides, qui parlaient grec, du III ème siècle au Ier siècle avant notre ère. Le Livre de Daniel (étymologiquement il me juge, Dieu) est par excellence un livre de style apocalyptique (qui vient du mot grec apokalupsis : révéler, dévoiler) . La première impression laisse entendre la venue d'une catastrophe effrayante, une fin du monde. Si l'on 'gratte' un peu le texte l'on se rend compte que le texte de Daniel  est en fait un Livre d'Espérance, il nous annonce une libération, celle du Peuple d'Israël.

Dans ses écrits, l'auteur nous montre un Dieu qui condamne le mal et le péché, MAIS C'EST EN VUE D'UN JUGEMENT DE SALUT. Il nous « ouvre » aussi à la notion de résurrection et de vie éternelle. L'Évangile de Marc, de ce jour, est du même style. L'Archange Saint Michel (qui est comme Dieu), nommé dans ce texte, est un personnage important , et, comme nous le dit Marie-Noëlle TABUT dans un de ses commentaires, « il intervient au moment du combat dans le ciel entre les puissances divines et sataniques, car la grande fureur de Satan, jeté du ciel sur la terre, se déchaîne maintenant sur les habitants de la terre, et sur le peuple de Dieu en particulier». Les épreuves sont de trois ordres différents : l'oppression religieuse, la répression politique occidentale (de l'Empire Romain), la répression orientale (avec le Roi grec, Antiochos Epiphane).
 

Daniel réconforte les vivants persécutés. Il évoque aussi les morts qui se sont sacrifiés pour ne pas renier le Dieu d'Abraham et qui ressusciteront.

C'EST LA PREMIERE FOIS, DANS LA BIBLE, QUE LE MOT RESURRECTION EST UTILISE. C'est dire l'importance de ce prophète trop ignoré, à mon avis, des chrétiens occidentaux. Il mérite que l'on s'attarde sur son Livre.
Actuellement, nous sommes loin des persécutions endurées par le Peuple Hébreux de l'époque. Mais aujourd'hui encore, des Femmes, des Hommes, des Enfants sont persécutés pour des raisons diverses (couleur de peau, religion, idéologie, profits malhonnêtes, dictatures de tous « poils », ethnies minoritaires). En sommes-nous conscients ? Beaucoup de personnes ; chrétiennes ou non, luttent pour un monde plus juste, plus fraternel, il ne faudrait pas les oublier. En faisons-nous partie ?
Prenez soin de vous... et des autres.

ANNONCES

Samedi 20 novembre :      Journée internationale des droits de l’enfant

Dimanche 21 novembre : Journée nationale du secours Catholique et messe des familles

Dimanche 28 novembre : 1e dimanche de l’Avent (selon la nouvelle édition du missel).

Choucroute & Marché de Noël à St BRUNO

La prochaine choucroute se fera encore en live à cause des conditions sanitaires qui évolueront encore d’ici Janvier ou Février 2022. Comme il nous reste de nombreux lots, nous vous proposons une vente de tickets numérotés à 2 € qui remplaceront les enveloppes surprises les dimanches 28 Novembre, 5 et 12 Décembre à l’entrée et à la sortie des messes à Saint Bruno et le samedi 4 Décembre au Relais. Les lots seront distribués de suite et il faudra garder les tickets pour un tirage de gros lots.

Le dimanche 12 Décembre à St Bruno nous ferons un marché de Noël (vente d’objets divers, de cadeaux, de gâteaux, de miel, etc. et le tirage des gros lots.

Ces ventes feront un apport financier à notre budget fragile…

MERCI DE VOTRE ACCUEIL !

MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS

Ve JOURNÉE MONDIALE DES PAUVRES

14 novembre 2021, XXXIIIe dimanche du temps ordinaire

« Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous » (Mc 14,7)

1. « Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous » (Mc 14, 7). Jésus a prononcé ces paroles dans le cadre d’un repas à Béthanie, dans la maison d’un certain Simon dit « le lépreux », quelques jours avant la pâque. Comme le raconte l’évangéliste, une femme était entrée avec un vase d’albâtre rempli d’un parfum très précieux et l’avait versé sur la tête de Jésus. Ce geste avait suscité un grand étonnement et a donné lieu à deux interprétations différentes.

La première est l’indignation de certains parmi les personnes présentes, y compris les disciples qui, compte tenu de la valeur du parfum – environ 300 deniers, soit l’équivalent du salaire annuel d’un travailleur – pensent qu’il aurait été préférable de le vendre et de donner le produit aux pauvres. Selon l’Évangile de Jean, c’est Judas qui se fait l’interprète de cette position : « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents deniers que l’on aurait donné à des pauvres ? » Et l’évangéliste note : « Il parlait ainsi, non par souci des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait. » (12, 5-6). Ce n’est pas un hasard si cette critique sévère vient de la bouche du traître: c’est la preuve que ceux qui ne reconnaissent pas les pauvres trahissent l’enseignement de Jésus et ne peuvent pas être ses disciples. Rappelons-nous, à cet égard, les paroles fortes d’Origène: « Judas semblait se soucier des pauvres [...]. S’il y a maintenant encore quelqu’un qui détient la bourse de l’Église et qui parle en faveur des pauvres comme Judas, mais qui prend ce qu’on y met dedans, alors qu’il ait sa part avec Judas » (Commentaire à l’Évangile de Matthieu 11, 9).

La deuxième interprétation est donnée par Jésus lui-même et permet de saisir le sens profond du geste accompli par la femme. Il dit : « Laissez-la ! Pourquoi la tourmenter ? Il est beau le geste qu’elle a fait envers moi » (Mc 14, 6). Jésus sait que sa mort est proche et voit dans ce geste l’anticipation de l’onction pour son corps sans vie avant qu’il ne soit placé au tombeau. Ce point de vue va au-delà de toute attente des convives. Jésus leur rappelle que le premier pauvre c’est Lui, le plus pauvre parmi les pauvres parce qu’il les représente tous. Et c’est aussi au nom des pauvres, des personnes seules, marginalisées et discriminées que le Fils de Dieu accepte le geste de cette femme. Par sa sensibilité féminine, elle montre qu’elle est la seule à comprendre l’état d’esprit du Seigneur. Cette femme anonyme - peut être destinée à représenter l’univers féminin tout entier qui, au fil des siècles, n’aura pas voix au chapitre et subira des violences - inaugure la présence significative des femmes qui participent aux événements culminants de la vie du Christ : sa crucifixion, sa mort et son ensevelissement ainsi que son apparition comme Ressuscité. Les femmes, si souvent discriminées et tenues à l’écart des postes de responsabilité, sont au contraire, dans les pages des Évangiles, protagonistes dans l’histoire de la révélation. Et l’expression finale de Jésus, qui associe cette femme à la grande mission évangélisatrice, est éloquente : « Amen, je vous le dis : partout où l’Évangile sera proclamé – dans le monde entier – on racontera, en souvenir d’elle, ce qu’elle vient de faire » (Mc 14, 9).

2. Cette forte “empathie” entre Jésus et la femme, et la façon dont il interprète son onction en contraste avec la vision scandalisée de Judas et des autres, ouvrent une voie féconde de réflexion sur le lien indissociable qui existe entre Jésus, les pauvres et l’annonce de l’Évangile.

Le visage de Dieu qu’il révèle est en effet, celui d’un Père pour les pauvres et proche des pauvres. Toute l’œuvre de Jésus affirme que la pauvreté n’est pas le fruit de la fatalité, mais le signe concret de sa présence parmi nous. Nous ne le trouvons pas quand et où nous le voulons, mais nous le reconnaissons dans la vie des pauvres, dans leur souffrance et leur misère, dans les conditions parfois inhumaines dans lesquelles ils sont forcés de vivre. Je ne me lasse pas de répéter que les pauvres sont de véritables évangélisateurs parce qu’ils ont été les premiers à être évangélisés et appelés à partager le bonheur du Seigneur et de son Royaume (cf. Mt 5, 3).

Les pauvres de toute condition et de toute latitude nous évangélisent, car ils nous permettent de redécouvrir de manière toujours nouvelle les traits les plus authentiques du visage du Père. « Ils ont beaucoup à nous enseigner. En plus de participer au sensus fidei, par leurs propres souffrances ils connaissent le Christ souffrant. Il est nécessaire que tous nous nous laissions évangéliser par eux. La nouvelle évangélisation est une invitation à reconnaître la force salvifique de leurs existences, et à les mettre au centre du cheminement de l’Église. Nous sommes appelés à découvrir le Christ en eux, à prêter notre voix à leurs causes, mais aussi à être leurs amis, à les écouter, à les comprendre et à accueillir la mystérieuse sagesse que Dieu veut nous communiquer à travers eux. Notre engagement ne consiste pas exclusivement en des actions ou des programmes de promotion et d’assistance; ce que l’Esprit suscite n’est pas un débordement d’activisme, mais avant tout une attention à l’autre qu’il considère comme un avec lui. Cette attention aimante est le début d’une véritable préoccupation pour sa personne, à partir de laquelle je désire chercher effectivement son bien » (Exhort. ap. Evangelii gaudium, nn. 198-199).

3. Jésus est non seulement du côté des pauvres, mais partage avec eux le même sort. C’est aussi un enseignement fort pour ses disciples de tous les temps. Ses mots « les pauvres, vous en aurez toujours avec vous » indiquent aussi ceci : leur présence parmi nous est constante, mais elle ne doit pas conduire à une habitude qui devienne indifférence, mais impliquer dans un partage de vie qui n’admet pas de procurations. Les pauvres ne sont pas des personnes “extérieures” à la communauté, mais des frères et sœurs avec qui partager la souffrance, pour soulager leur malaise et leur marginalisation, pour qu’on leur rende la dignité perdue et qu’on leur assure l’inclusion sociale nécessaire. Par ailleurs, on sait qu’un geste de bienfaisance présuppose un bienfaiteur et quelqu’un qui en bénéficie, tandis que le partage engendre la fraternité. L’aumône est occasionnelle ; tandis que le partage est durable. La première risque de gratifier celui qui la fait et d’humilier celui qui la reçoit ; la seconde renforce la solidarité et pose les conditions nécessaires pour parvenir à la justice. Bref, les croyants, lorsqu’ils veulent voir Jésus en personne et le toucher de leurs mains, savent vers qui se tourner : les pauvres sont un sacrement du Christ, ils représentent sa personne et nous renvoient à lui.

Nous avons tant d’exemples de saints et de saintes qui ont fait du partage avec les pauvres leur projet de vie. Je pense, entre autres, au père Damien de Veuster, un saint apôtre des lépreux. Avec une grande générosité, il répondit à l’appel à se rendre sur l’île de Molokai, devenue un ghetto accessible uniquement aux lépreux, pour vivre et mourir avec eux. Il s’est retroussé les manches et fit tout pour rendre la vie de ces pauvres malades et marginalisés, réduits à une dégradation extrême, digne d’être vécue. Il se fit médecin et infirmier, inconscient des risques qu’il prenait et dans cette “colonie de la mort”, comme on appelait l’île, il a apporté la lumière de l’amour. La lèpre l’a également frappé, signe d’un partage total avec les frères et sœurs pour lesquels il avait fait don de sa vie. Son témoignage est très actuel en ces jours marqués par la pandémie de coronavirus : la grâce de Dieu est certainement à l’œuvre dans le cœur de beaucoup de personnes qui, dans la discrétion, se dépensent pour les plus pauvres dans un partage concret.

4. Nous devons donc adhérer avec une conviction totale à l’invitation du Seigneur : « Convertissez-vous et croyez en l’Évangile » (Mc 1, 15). Cette conversion consiste avant tout à ouvrir notre cœur afin de reconnaître les multiples expressions de pauvreté et à manifester le Royaume de Dieu par un mode de vie cohérent avec la foi que nous professons. Souvent, les pauvres sont considérés comme des personnes séparées, comme une catégorie qui demande un service de bienfaisance particulier. Suivre Jésus implique, à cet égard, un changement de mentalité, c’est-à-dire de relever le défi du partage et de la participation. Devenir ses disciples implique le choix de ne pas accumuler de trésors sur la terre, qui donnent l’illusion d’une sécurité, en réalité fragile et éphémère. Au contraire, cela exige la disponibilité à se libérer de tout lien qui empêche d’atteindre le vrai bonheur et la béatitude, pour reconnaître ce qui est durable et ne peut être détruit par rien ni personne (cf. Mt 6, 19-20).

Ici l’enseignement de Jésus va aussi à contre-courant, car il promet ce que seuls les yeux de la foi peuvent voir et expérimenter avec une certitude absolue : « Celui qui aura quitté, à cause de mon nom, des maisons, des frères, des sœurs, un père, une mère, des enfants, ou une terre, recevra le centuple, et il aura en héritage la vie éternelle » (Mt 19, 29). Si l’on ne choisit pas de devenir pauvre de richesses éphémères, de pouvoir mondain et de vantardise, on ne pourra jamais donner sa vie par amour ; on vivra une existence morcelée, pleine de bonnes intentions, mais inefficace pour transformer le monde. Il s’agit donc de s’ouvrir résolument à la grâce du Christ, qui peut nous rendre témoins de sa charité sans limites et redonner de la crédibilité à notre présence dans le monde.

5. L’Évangile du Christ pousse à avoir une attention tout à fait particulière à l’égard des pauvres et demande de reconnaître les multiples, les trop nombreuses formes de désordre moral et social qui engendrent toujours de nouvelles formes de pauvreté. La conception selon laquelle les pauvres sont non seulement responsables de leur condition mais constituent un fardeau intolérable pour un système économique, qui place au centre l’intérêt de certaines catégories privilégiées, semble faire son chemin. Un marché qui ignore ou sélectionne les principes éthiques crée des conditions inhumaines qui frappent des personnes qui vivent déjà dans des conditions précaires. On assiste ainsi à la création de pièges toujours nouveaux de la misère et de l’exclusion, produits par des acteurs économiques et financiers sans scrupules, dépourvus de sens humanitaire et de responsabilité sociale.

L’année dernière, un autre fléau s’est ajouté, qui a encore multiplié les pauvres : la pandémie. Elle continue à frapper aux portes de millions de personnes et, quand elle n’apporte pas avec elle la souffrance et la mort, elle est quand même porteuse de pauvreté. Le nombre de pauvres a augmenté de manière démesurée et, malheureusement, cela sera encore dans les mois à venir. Certains pays subissent des conséquences très graves de la pandémie, de sorte que les personnes les plus vulnérables se retrouvent privées de biens de première nécessité. Les longues files d’attente devant les cantines pour les pauvres sont le signe tangible de cette aggravation. Un examen attentif exige que l’on trouve les solutions les plus appropriées pour lutter contre le virus au niveau mondial, sans viser des intérêts partisans. En particulier, il est urgent d’apporter des réponses concrètes à ceux qui souffrent du chômage, qui touche de façon dramatique de nombreux pères de famille, des femmes et des jeunes. La solidarité sociale et la générosité dont beaucoup, grâce à Dieu, sont capables, combinées à des projets clairvoyants de promotion humaine, apportent et apporteront une contribution très importante à cet égard.

6. La question qui n’est en rien évidente reste toutefois ouverte : comment peut-on apporter une réponse tangible aux millions de pauvres qui trouvent souvent comme seule réponse l’indifférence quand ce n’est pas de l’agacement ? Quelle voie de justice faut-il emprunter pour que les inégalités sociales puissent être surmontées et que la dignité humaine, si souvent bafouée, soit rétablie ? Un mode de vie individualiste est complice de la pauvreté, et décharge souvent sur les pauvres toute la responsabilité de leur condition. Mais la pauvreté n’est pas le fruit du destin, elle est une conséquence de l’égoïsme. Il est donc essentiel de mettre en place des processus de développement qui valorisent les capacités de tous, pour que la complémentarité des compétences et la diversité des rôles conduisent à une ressource commune de participation. Beaucoup de pauvreté des “riches” qui pourrait être guérie par la richesse des “pauvres”, si seulement ils se rencontraient et se connaissaient ! Personne n’est si pauvre qu’il ne puisse pas donner quelque chose de lui-même dans la réciprocité. Les pauvres ne peuvent pas être seulement ceux qui reçoivent ; ils doivent être mis dans la condition de pouvoir donner, parce qu’ils savent bien comment le faire. Combien d’exemples de partage sont sous nos yeux! Les pauvres nous enseignent souvent la solidarité et le partage. C’est vrai, ces gens manquent de quelque chose, ils leur manquent souvent beaucoup et même du nécessaire, mais ils ne manquent pas de tout, parce qu’ils conservent leur dignité d’enfants de Dieu que rien ni personne ne peut leur enlever.

7. C’est pourquoi une approche différente de la pauvreté s’impose. C’est un défi que les Gouvernements et les Institutions mondiales doivent relever avec un modèle social tourné vers l’avenir, capable de faire face aux nouvelles formes de pauvreté qui touchent le monde et qui marqueront de manière décisive les décennies à venir. Si les pauvres sont mis en marge, comme s’ils étaient les responsables de leur condition, alors le concept même de la démocratie est mis en crise et chaque politique sociale devient défaillante. Nous devrions avouer avec une grande humilité que nous sommes souvent des incompétents devant les pauvres. On parle d’eux de manière abstraite, on s’arrête aux statistiques et on s’émeut devant quelque documentaire. La pauvreté, au contraire, devrait entraîner une conception créative, permettant d’accroître la liberté effective de pouvoir réaliser l’existence avec les capacités propres à chaque personne. C’est une illusion, dont il faut rester à l'écart, que de penser que la liberté s’obtient et grandit par le fait de posséder de l’argent. Servir efficacement les pauvres provoque l’action et permet de trouver les formes les plus appropriées pour relever et promouvoir cette partie de l’humanité trop souvent anonyme et sans voix, mais qui a imprimé en elle le visage du Sauveur qui demande de l’aide.

8. « Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous » (Mc 14, 7). C’est une invitation à ne jamais perdre de vue l’occasion qui se présente de faire le bien. En arrière-plan, on peut entrevoir l’ancien commandement biblique : « Se trouve-t-il chez toi un malheureux parmi tes frères [...], tu n’endurciras pas ton cœur et tu ne fermeras pas la main à ton frère malheureux, mais tu lui ouvriras tout grand la main et lui prêteras largement de quoi suffire à ses besoins. [...] Tu lui donneras largement, ce n'est pas à contrecœur que tu lui donneras. Pour ce geste, le Seigneur ton Dieu te bénira dans toutes tes actions et dans toutes tes entreprises. Certes, le malheureux ne disparaîtra pas de ce pays. Aussi je te donne ce commandement : tu ouvriras tout grand ta main pour ton frère quand il est, dans ton pays, pauvre et malheureux » (Dt 15, 7-8.10-11). Sur la même longueur d’onde, l’apôtre Paul exhorte les chrétiens de ses communautés à secourir les pauvres de la première communauté de Jérusalem et à le faire « sans regret et sans contrainte, car Dieu aime celui qui donne joyeusement » (2 Co 9, 7). Il ne s’agit pas d’alléger notre conscience en faisant quelque aumône, mais plutôt de s’opposer à la culture de l’indifférence et de l’injustice avec lesquelles on se place vis-à-vis des pauvres.

Dans ce contexte, il convient également de rappeler les paroles de saint Jean Chrysostome : « Celui qui est généreux ne doit pas demander des comptes sur la conduite, mais seulement améliorer la condition de pauvreté et satisfaire le besoin. Le pauvre n’a qu’une seule défense : sa pauvreté et la condition de besoin dans laquelle il se trouve. Ne lui demande rien d’autre. Mais que l’homme le plus mauvais du monde, s’il manque de la nourriture nécessaire, soit libéré de la faim. [...] L’homme miséricordieux est un port pour ceux qui sont dans le besoin : le port accueille et libère du danger tous les naufragés ; qu’ils soient malfaiteurs, bons ou qu'ils soient en danger, le port les met à l’abri à l’intérieur de sa crique. Toi aussi, donc, quand tu vois un homme sur la terre qui a fait le naufrage de la misère, ne juge pas, ne lui demande pas compte de sa conduite, mais libère-le du malheur. » (Discours sur le pauvre Lazare, II, 5).

9. Il est décisif d’accroître notre sensibilité afin de comprendre les besoins des pauvres, toujours en mutation comme le sont les conditions de vie. Aujourd’hui, en effet, dans les régions du monde économiquement plus développées, on est moins disposé que par le passé à faire face à la pauvreté. L’état de bien-être relatif auquel on s’est habitué rend plus difficile l’acceptation des sacrifices et des privations. On est prêt à tout pour ne pas être privé de tout ce qui a été le fruit d’une conquête facile. On tombe ainsi dans des formes de rancune, de nervosité spasmodique, de revendications qui conduisent à la peur, à la détresse et, dans certains cas, à la violence. Ce n’est pas le critère sur lequel construire l’avenir; et pourtant, ce sont aussi des formes de pauvreté dont on ne peut détourner le regard. Nous devons être ouverts à lire les signes des temps qui expriment de nouvelles façons d’être évangélisateur dans le monde contemporain. L’assistance immédiate pour aller à la rencontre des besoins des pauvres ne doit pas empêcher d’être clairvoyant pour réaliser de nouveaux signes de l’amour et de la charité chrétienne, comme réponse aux nouvelles pauvretés que l’humanité d’aujourd’hui expérimente.

J’espère que la Journée mondiale des pauvres, qui en est à sa cinquième célébration, pourra s’enraciner de plus en plus au cœur de nos Églises locales et provoquer un mouvement d’évangélisation qui rencontre en premier lieu les pauvres là où ils se trouvent. Nous ne pouvons pas attendre qu’ils frappent à notre porte, il est urgent que nous les atteignions chez eux, dans les hôpitaux et les résidences de soins, dans les rues et les coins sombres où ils se cachent parfois, dans les centres de refuge et d’accueil... Il est important de comprendre ce qu’ils ressentent, ce qu’ils éprouvent et quels désirs ils ont dans leur cœur. Faisons nôtres les paroles pressantes de Don Primo Mazzolari: « Je vous prie de ne pas me demander s’il y a des pauvres, qui ils sont et combien ils sont, parce que je crains que de telles questions ne représentent une distraction ou un prétexte pour s’éloigner d’une indication précise de la conscience et du cœur. [...] Je ne les ai jamais comptés, les pauvres, car on ne peut pas les compter : les pauvres s’embrassent, ils ne se comptent pas » (Adesso  n. 7,  15 avril 1949). Les pauvres sont au milieu de nous. Comme ce serait évangélique si nous pouvions dire en toute vérité : nous sommes pauvres, nous aussi, et c’est seulement de cette manière que nous réussissons à les reconnaître réellement et les rendre partie intégrante de notre vie et instrument de salut.

Donné à Rome, Saint Jean de Latran, 13 juin 2021, en la mémoire de Saint Antoine de Padoue.

 

François

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>