Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
paroisse Saint Bruno des Chartreux - diocèse de Troyes

Lundi 9 Avril 2018 - Fête de l'Annonciation du Seigneur

9 Avril 2018, 15:58pm

Publié par nicolas derrey

MESSE CE SOIR 

A 19H

A LA CHAPELLE DE SAINT BRUNO

 

Un article de Soeur Sylvie ci-dessous

Lundi 9 Avril 2018 - Fête de l'Annonciation du Seigneur

Vers « l’Evangile de la famille »

avec les sœurs de l’Annonciation de Bobo-Dioulasso

au Relais de Saint Bruno des Chartreux*

 

 

Envoyées en mission plus particulièrement dans le quartier des Chartreux, Monseigneur Marc STENGER nous demande dans sa lettre de mission d’être une communauté religieuse priante et accueillante pour la population très mélangée (origines ethniques, cultures, religions, pays) de ce quartier. Il nous engage à prendre le temps de rencontrer les familles. Pour mieux répondre à cet appel et aussi grâce à notre charisme fondateur des sœurs de l’Annonciation de Bobo, qui est entre autres de travailler à la promotion intégrale de la femme et de l’enfant, nous avons commencé à nous appliquer à la découverte de notre milieu d’implantation par l’accueil au Relais paroissial et par la visite des personnes.

Travailler à la promotion intégrale de la femme et de l’enfant

Nous avons commencé à aller vers les familles, notamment celles des enfants du caté. Grace aux échanges nous avons compris que les femmes de ce quartier ont besoin d’une attention particulière, car la plupart d’entre elles vivent des moments difficiles : beaucoup d’entre elles vivent sans mari avec 3 ou 4 enfants, divorcées ou séparées. Des veuves aussi, des mamans seules avec plusieurs enfants de papas différents quelques fois peu engagé dans l’éducation de ces enfants.

 Les femmes se battent seules pour subvenir aux besoins de la famille. Elles arrivent difficilement à joindre les deux bouts quelques fois. Elles rencontrent des difficultés morales, spirituelles et matérielles. Quelques-unes sont touchées par différentes formes de solitude. Après avoir accompagné les enfants à l’école nous en voyons certaines désœuvrées des heures durant. Elles ont peur d’aller les unes vers les autres car elles ne se connaissent pas et ne veulent pas avoir des histoires. 

En échangeant avec quelques-unes, en allant dans les familles, le besoin s’est fait sentir d’initier des activités leur permettant de se rencontrer dans le quartier pour échanger, pour témoigner de leur foi, défendre leur dignité et rompre avec la solitude.

L’Action Catholique des Femmes

 Avec notre curé, le père Nicolas Derrey, nous avons discerné que proposer l’ACF (Action Catholique des Femmes) correspondait bien au projet pastoral et missionnaire de la paroisse que notre évêque aida à préciser au cours de ces visites pastorales à la suite du Synode diocésain. C’est un mouvement qui participe à la mission d’évangélisation de l’Église. Il propose des temps et des lieux où les femmes peuvent se rencontrer, dialoguer et témoigner de leur foi. 

Ce mouvement marche très bien dans notre paroisse. Il intéresse les femmes et répond à leur attente. Il leurs permet de se rencontrer une fois par mois pour partager dans un grand respect mutuel, de témoigner de ce qu’elles vivent, de parler d’elles, de s’engager dans différents lieux. Elles s’interrogent aussi sur leurs problèmes concrets. Elles cherchent des solutions. Elles se laissent éclairer ensemble par la Parole de Dieu. Nous invitons toujours le prêtre. Sa présence et les relectures communes à la lumière de la Parole de Dieu les encouragent. Quand son programme ne lui permet pas d’être présent il laisse un message que nous leur transmettons. Jusque-là c’est vraiment ambiancé, jovial. Certaines souhaiteraient que ces rencontres soient hebdomadaires : nous y réfléchissons…

‘’Qu’est ce qui fait le bonheur d’une famille’’ ?

Ce fut le thème d’une soirée de carême de la paroisse préparée par ces femmes. Elles l’ont choisi, car malgré les difficultés qui touchent la société, il leurs semble important d’aller aux sources de la joie avec leur famille, de savoir qu’on est capable de se réjouir et de partager sa joie en famille et autour de soi. La joie s’exprime par des petits choses simples de tous les jours et la société nous laisse toute la place pour exprimer notre joie. L’Eglise est aussi un lieu ou peut se dire la joie. Le pape François par son visage ne donne-t-il pas une image vivante et joyeuse de l’Église ? Finalement la société et l’Église, c’est nous, et c’est à nous de veiller à y mettre de la joie.

 Au cours de cette soirée des personnes ont témoigné de ce qui fait le bonheur de leur famille : Anne Marie membre de l’équipe d’ACF, Michel Marty diacre de notre paroisse, le père Nicolas Derrey à la lumière de l’exhortation « la joie de l’Évangile ». Ces témoignages sont apparus comme autant de chemins possibles aujourd’hui vers plus de bonheur pour les familles. Au cœur de cette soirée elles ont prié, chanté, dansé aussi, « elles se sont éclatées », car Dieu lui-même les appelle à vivre à fond une vie nouvelle. Nous, les femmes Catholiques, avons matérialisé notre chemin de carême en réalisant une danse africaine pour signifier notre joie de vivre ensemble en acceptant l’autre tel qu’il est par sa manière de voir, de réfléchir et d’agir, pour son propre bien et celui d’autrui. 

Le Relais : signe de liens de proximité ; pôle d’évangélisation ouvert sur l’agglomération, sur le monde… ! 

Des femmes de l’ACF d’autres quartiers sont venues au Relais ce soir-là, ainsi que des étudiants et étudiantes de l’aumônerie… Des femmes d’ailleurs étaient « présentes », en symbole par le mime des activités principales des femmes d’Afrique, ce qui rythme leur vie journalière. « Avec nos différences, tissons ensemble une terre solidaire ».Tel a été le thème du CCFD pour le carême 2018 de Troyes sud à Saint André. Le thème choisi par les femmes au Relais répondait bien à celui du CCFD. Au-delà des soirées de carême des chemins s’ouvrent de prises de responsabilités davantage partagées dans les divers domaines de la vie paroissiale. Ce mouvement, l’ACF, plait aux femmes. Nous avons pu rencontrer une cinquantaine d’entre elles depuis le début de l’année. Il y a des bienfaits pour elles-mêmes, pour les relations de proximité humaine et ecclésiale de tous et toutes et au-delà. 

Sœur Sylvie GNOUMOU


 

Au Relais paroissial autour des soeurs
Au Relais paroissial autour des soeurs
Au Relais paroissial autour des soeurs
Au Relais paroissial autour des soeurs

Au Relais paroissial autour des soeurs

Commenter cet article