Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
paroisse Saint Bruno des Chartreux - diocèse de Troyes

Dimanche 27 Novembre 2022 - 1er de l'AVENT- année A

26 Novembre 2022, 18:40pm

Publié par nicolas derrey

Jésus parle de son Avènement comme un évènement qui va arriver - porte de tabernacle en l'église St Jean de Troyes ; chapelle latérale allée nord

Jésus parle de son Avènement comme un évènement qui va arriver - porte de tabernacle en l'église St Jean de Troyes ; chapelle latérale allée nord

télécharger la feuille du dimanche 1er de l'Avent : messe et annonces

Une nouvelle année liturgique avec Saint Matthieu

L'équipe liturgique de cette semaine nous introduit ainsi à l'Avent : "Même si la lumière du jour faiblit, ce n’est pas le moment de s’endormir, au contraire ! Le prophète Isaïe, le psalmiste, saint Paul, et Jésus lui-même dans l’évangile nous appellent à un sursaut, un réveil de notre foi. Oui, notre confiance n’est pas vaine, le Seigneur nous donnera la Paix, nous dit Isaïe. Après la nuit vient la Lumière nous affirme saint Paul. Alors, soyons prêts : le Seigneur vient nous annoncer aujourd’hui son Evangile, bonne Nouvelle pour le monde." Soyons-en ici et maintenant ses témoins dans l'Espérance ! dans "l'attente de son retour" qui sera un Avent, l'Avènement.

                                                                           l'équipe liturgique de ce dimanche

 

 

Au cours de l'année A : lecture de l'Evangile selon Saint Matthieu

au fil des dimanches

La devise du Pape François*nous ouvre à la compréhension de l'appel de Matthieu par Jésus. Il l'appelle à le suivre en lui faisant miséricorde : «Jésus vit un publicain et comme il le regarda avec un sentiment d’amour et le choisit, il lui dit: Suis-moi»

Le Caravage - l'appel de Matthieu

Tous les dimanche de cette nouvelle année liturgique nous allons proclamer l'évangile selon St Matthieu et nous sommes appelés à  "recevoir", c'est-à-dire à accomplir cet évangile dans notre vie quotidienne. Si nous commencions par réaliser que c'est au coeur de notre expérience de la miséricorde du Christ envers nous que nous pouvons comprendre combien et pourquoi Jésus nous appelle à le suivre non pas bien que...mais parce qu'il nous a fait miséricorde nous fait confiance et qu'il est bien placé pour savoir qu'il peut nous faire confiance. Jésus sait les fruits de sainteté que nous sommes prêt à manifester en nous décidant, à l'image de Saint Matthieu, à marcher à sa suite en comptant sur sa miséricorde.

Nicolas Derrey, curé de St Bruno. 

_______

*La devise du Saint-Père François est tirée des Homélies de saint Bède le vénérable (Hom. 21; ccl 122, 149-151), prêtre qui, en commentant l’épisode évangélique de la vocation de saint Matthieu, écrit : Vidit ergo lesus publicanum et quia miserando atque eligendo vidit, ait illi Sequere me («Jésus vit un publicain et comme il le regarda avec un sentiment d’amour et le choisit, il lui dit: Suis-moi»). Cf. le site vatican.va : "En effet, en la fête de saint Matthieu de l’année 1953, le jeune Jorge Bergoglio fit l’expérience à l’âge de 17 ans, de manière toute particulière, de la présence pleine d’amour de Dieu dans sa vie. Suite à une confession, il sentit que son cœur était touché et ressentit la descente de la miséricorde de Dieu, qui avec un regard d’amour tendre, l’appelait à la vie religieuse, à l’exemple de saint Ignace de Loyola."


 

 

COMMENTAIRE de la 1ère lecture du 1er Dimanche de l'Avent 27 11 2022
Isaïe 2, 1-5 : – ce qu’il a vu au sujet de Juda et de Jérusalem - 
 
Michel Marty - diacre du diocèse de Troyes - paroisse Saint Bruno
Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la maison du SEIGNEUR se tiendra plus haut que les monts, s’élèvera au-dessus des collines. Vers elle afflueront toutes les nations et viendront des peuples nombreux. Ils diront : « Venez ! montons à la montagne du Seigneur, à la maison du Dieu de Jacob ! Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. » Oui, la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole du Seigneur. Il sera juge entre les nations et l’arbitre de peuples nombreux. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles.Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. Venez, maison de Jacob ! Marchons à la lumière du Seigneur.

Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. »                                                                                            Oui, la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole du Seigneur.

En ces temps troublés, voici des Paroles d'Espérance qui tombent bien et nous préparent (ouf !) à la joie de Noël, nous en avons tous bien besoin. Je perçois dans ce texte, la dimension universelle d'un appel à ce que tous les peuples qui croient au Dieu d'Abraham viennent à Jérusalem, là où le Christ est mort et ressuscité pour tous (y compris les malfaiteurs qui confessent leur foi, comme dans l'Évangile de dimanche dernier), et faire un seul peuple élu.Ne pensez pas que la foi soit réservée aux personnes bien-pensantes et pratiquantes, mon expérience comme ancien aumônier de prison peut en témoigner.
Nous aspirons toutes et tous à la paix, au refus de la guerre, à un monde où chacun pourrait tirer de la terre sa nourriture indispensable. Pour transformer les « épées » en outils « agricoles », il faut du temps afin que chacun en prenne conscience, c'est alors seulement que les puissants de la terre pourront, eux aussi, « se convertir » en artisans de paix.

Oui, notre monde est en manque d'Espérance, et les difficultés actuelles de chacun à vivre d'une manière convenable ne fait qu'empirer. Les chiffres et les constats publiés par les organismes caritatifs (que ce soient, entre-autres, le Secours Catholique, les Restos du cœur, le Secours populaire, l'Ordre de Malte - actif à St Bruno ainsi que le Secours Catholique) sont là. Même les moins pessimistes de ceux qui font des projections économiques à moyen terme nous prédisent des mois encore plus difficiles cet hiver. Bien sûr, et heureusement, la solidarité est là.

Et puisque nous parlons solidarité, et pas seulement à l'autre bout du monde, je me pose la question : une famille du quartier a tout perdu dans l'incendie de son appartement, notre communauté paroissiale est-elle sensible à cette détresse extrême et brutale.

Que pouvons-nous faire ensemble concrètement pour témoigner notre fraternité ?

Qui veut bien réfléchir et agir avec moi ?

C'est mon devoir de diacre de poser ces questions qui, je le souhaite, ne resteront pas sans réponse. Je me tiens à votre disposition et à celle des associations catholiques de notre quartier. Seul, on fait peu de chose, à plusieurs on est plus fort. Rappelons nous : l'Église, ce n'est pas uniquement Monsieur ou Madame UNTEL de notre paroisse, ni Monsieur le Curé X, ni la Sœur Y, ni le diacre Z, c'est nous toutes et tous : ensemble, marchons à la Lumière du Seigneur comme nous le dit Isaïe.
Bonne semaine, bon Avent, et prenez soin de vous et des autres.

Michel

 

Commenter cet article