Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
paroisse Saint Bruno des Chartreux - diocèse de Troyes

Chrétiens évangéliques et Chrétiens d'Orient dans nos salles et chapelle

1 Octobre 2011, 16:04pm

Publié par nicolas derrey

Chrétiens évangéliques et Chrétiens d'Orient dans nos salles et chapelle
Chrétiens évangéliques et Chrétiens d'Orient dans nos salles et chapelle

l'église évangélique arménienne

Chaque dimanche à 14h une communauté arménienne évangélique se rassemble en la chapelle de Saint Bruno au 43 avenue Edouard Herriot, 10000 TROYES.

tous renseignements : Hamlet Navasardyan 06 15 87 00 78

__________________________________

 

l'Eglise coptes orthodoxe : des familles chrétiennes coptes orthodoxes à la Chapelle-St. Luc dans l’Aube et dans le monde...

Depuis l’attentat d’Alexandrie fin décembre beaucoup découvrent cette Eglise ancienne ; l’une des plus importantes : l’Eglise Copte Orthodoxe. A la demande d’« Eglise dans l’Aube », voici le premier article d'une série sur les Eglises orientales – catholiques ou non – représentées dans l’Aube. L’actualité  nous incite à commencer par la présentation de l’Eglise Copte Orthodoxe.

L’Eglise Copte Orthodoxe dans le monde

l'Eglise Copte Orthodoxe a pour Siège patriarcal Alexandrie. Le Patriarche actuel, Sa Sainteté SHENOUDA III, est le "Pape d'Alexandrie et Patriarche de la Prédication de Saint Marc". Il vit au Caire. Il est le 117ème successeur de Saint Marc l'Évangéliste. La quasi totalité des chrétiens d'Egypte sont coptes orthodoxes. De 90% de la population en 451, ils n'en représentent plus qu'environ 10%. Les coptes protestants sont environ 100 000. Quant aux coptes catholiques les chiffres oscillent de 150 000 à 250 000  selon les sources d’information ! Les coptes orthodoxes représentent 6 à 8 millions de fidèles (peut-être plus. Il n’y a pas de statistique officielle. Celles de l’Encyclopédia britanica donnent les chiffres plus forts). Si cette Eglise est appelée à juste titre Église copte d'Alexandrie,  Église orthodoxe d'Égypte ou orthodoxe égyptienne, parce qu’elle est composée de 51 diocèses en Egypte, elle est aussi implantée en Afrique. Deux diocèses au Nord du Soudan et le diocèse de Khartoum et Sud Soudan. Comme on le voit en France une diaspora copte existe en Europe comme dans d’autres pays plus avancés sur le plan économique (un demi-million en diaspora). Des questions se posent comme celles des conditions de retour et de l’opposition à l’importation des conflits, des violences et des surenchères entre coptes et musulmans dans les ensembles urbains concernés. Les derniers évènements d’Alexandrie portent à la connaissance de tous les violences faites aux chrétiens coptes. Elles sont une cause principale de leur émigration. S’ajoute à ce phénomène, entre autres islamiste, les difficultés économiques du pays et, selon les observateurs compétents, les discriminations que l’Etat inflige aux chrétiens coptes.

Descendants directes des anciens égyptiens des époques pharaoniques les coptes résistent à l'islamisation du 7ème siècle. Il faut attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour constater qu’ils ne représentent plus que le quart de la population. Dès 1947, des églises sont incendiées par des "frères musulmans" de Hassan el Banna. Depuis, avec Nasser, et Sadate étonnement, la reconnaissance des chrétiens en Egypte se détériore d’intimidation en humiliation et en persécution. « Epuration » religieuse par des mains étrangères aujourd’hui ? Le mot est lâché. En Egypte depuis ces dernières années, en dehors des établissements tenus par des instituts religieux chrétiens, l’enseignement ferait l’impasse sur les siècles de culture juive et chrétienne.

 Le monde musulman et l’Etat en Egypte devront cependant compter de plus en plus avec cette Eglise chrétienne copte forte et nombreuse. La Paroisse et le monastère en sont les deux institutions fondamentales. Les jeunes et les familles de milieux citadins se rendent dans les monastères le week-end pour y prier, célébrer et recevoir une formation spirituelle et théologique de grande qualité donnée par des moines venus souvent des milieux les plus cultivés et les mieux formés. En Egypte « les Coptes réussissent à faire respecter leur foi. L’arabe est de plus en plus utilisé dans la liturgie. » (…) « Les Coptes, loyaux et travailleurs, ont pris une place importante dans les cadres de l'Égypte nouvelle. Ce sont ces laïcs cultivés qui, se portant aujourd'hui à la rencontre de la tenace piété populaire, l'éclairent et assurent la renaissance de l'Église. » (…)  « Des Africains noirs, à la recherche d'un christianisme libéré de toute hypothèque occidentale, viennent se former à l'Institut d'Études coptes. »

 

On ne s’étonne donc pas de voir les Evêques et les théologiens de cette Eglise jouer un rôle prépondérant  dans le dialogue théologique œcuménique avec l’Eglise Catholique. Ce dialogue est désormais noué entre notre Eglise et la famille des Eglises orthodoxes orientales en pleine communion avec cette Eglise copte orthodoxe. Il s’agit de l'Eglise syriaque orthodoxe d'Antioche, de l'Eglise orthodoxe d'Ethiopie, de l'Eglise orthodoxe de l'Inde, de l'Eglise orthodoxe d'Erythrée et de l'Eglise apostolique arménienne. Un dialogue bilatéral existe aussi avec les Eglises orthodoxes byzantines.

Dans l’Aube

Au moment des fêtes liturgiques et à l’occasion de baptêmes et de mariages  la paroisse de la Chapelle Saint Luc accueille dans son église une assemblée de chrétiens d’Orient, coptes orthodoxes. Ce sont plusieurs familles soudanaises de migrants. Le prêtre célébrant est le Père Ephraïm El Baramoussi de l’Eglise Saint Michel et Saint Georges à Villejuif, une paroisse très importante et vivante (www.moneglisecopte.com). Il est égyptien. Son nom de moine « El Baramoussi » signifie son appartenance au monastère qui porte ce nom. Des programmes de catéchèse pour les enfants donnent dans cette paroisse de Villejuif une éducation au sens vivant de la liturgie. Chaque liturgie dominicale dans l’Aube est anticipée dans la semaine, car le père Ephraïm a plusieurs paroisses ou groupes de fidèles à desservir éloignés les uns des autres. A chaque fois que les familles coptes orthodoxes de La Chapelle Saint Luc se rassemblent pour la liturgie, c’est l’occasion pour d’autres chrétiens d’Orient, de langue arabe surtout, de venir se rassembler autour d’eux pour un temps spirituel et convivial, même s’ils ne sont pas de la même Eglise.

Puisse la vie des Eglises d’Orient nous faire comprendre qu’elles ne sont pas en voie de disparition, mais au cœur de l’épreuve pascale avec le Christ Seigneur !

Père Nicolas Derrey

 

 

Commenter cet article